Partager

20ème siècle

Après l’épidémie de phylloxéra qui arrête la culture de la vigne en 1910, le village de Saint-Pierre-d’Autils vit au début du siècle des vergers de fruits à noyaux (cerises) ; des "maisons bourgeoises" notamment en briques rouges sont construites grâce aux revenus de ceux-ci. Le village a une vocation agricole avec culture des céréales, vergers de pommes, élevage des bêtes à cornes.

1907 : l’horloge du clocher est rénové par la mise en place d’un mécanisme d’horlogerie automatique horizontal par Charles Danner, installateur et réparateur à Rouen de 1896 à 1920.

1909 : 9 septembre : le clocher est classé "monument historique".

1910 :

- 20 février : les biens de la fabrique sont dévolus à la commune.

- 10 avril : règlement de la distribution de l’eau aux particuliers, avec compteurs et robinets.

- 23 septembre : le ruisseau du Fournel est canalisé sous terre et dix bornes fontaines sont réparties dans le village ; les eaux de la Basse-Marâtre y sont raccordées pour assainir le quartier. 

1911 : le portage des corps est confié à un service extérieur de pompes funèbres remplaçant la confrérie de la charité.

1912 :

- juillet : création d’un comité des fêtes pour les fêtes communales et nationales.

- novembre : demande de concession pour l’éclairage électrique de la commune.

1913 : décembre : une cabine téléphonique est demandée.

1919 : après la Grande Guerre, comme partout en France, un hommage est rendu aux combattants. Ainsi, le 21 août, il est décidé d'ériger un monument aux morts de la guerre dans le cimetière.

1920 : Alphonse-Georges Poulain, habitant du village, à la fois sculpteur, peintre, écrivain, archéologue, sculpte un tableau en bois pour les morts. Cette œuvre est exposée dans l’église aujourd’hui.

1922 : novembre : un poste de transformation électrique est posé par la Compagnie française et continentale d’éclairage.

1925 : janvier : agrandissement de la bibliothèque communale.

Le modernisme a apporté de nouvelles nuisances et il est ainsi décidé en février de limiter la vitesse en agglomération (poids lourds : 10 km/h, véhicules légers : 20 km/h). 

1928 : attribution des noms de rues actuelles de Saint-Pierre (sauf la rue Alphonse-Georges-Poulain dite alors rue aux Sauvages). La rue Rognon ferait allusion aux rognons de silex utilisés dans les temps préhistoriques.

1931 : 560 habitants sont recensés.

1934 : selon l’annuaire de Vernon, 590 habitants sont recensés mais aussi 5 cafés, 2 coiffeurs, 2 couturières, 3 marchands de cycles, 1 drapier, 1 épicerie, 4 garages, 10 producteurs de fruits de table, 2 hôtels, 2 loueurs d’autos, 1 entreprise de maçonnerie, 1 mécanicien 1 menuisier et 1 mercière.

1938 : février : numérotation des maisons dans les rues de Saint-Pierre pour la distribution du courrier.

1940 : la guerre fait rage. Les troupes d'Hitler entrent dans Paris et c'est l'exode, en juin, après les bombardements de Vernon, seules restent vingt personnes, le maire étant absent, Alphonse-Georges Poulain devient maire par intérim...

1941 : juin : le conflit s'élargit, la guerre est mondiale. Trois aviateurs britanniques qui avaient été abattus par la DCA allemande dans la nuit du 12 au 13 juin 1940 et provisoirement enterrés le long de la nationale sont inhumés auprès du monument aux morts dans le cimetière. Ces tombes sont aujourd'hui répertoriées tombes du Commonwealth. 

1942 : octobre : la vie continue malgré la guerre, une classe enfantine est créée.

1944 : le 25 août, Paris est libéré. Le 26, le général de Gaulle descend les Champs-Elysées, acclamé par la foule. La fin de la guerre s'annonce. En septembre, à Saint-Pierre-d'Autils, il est projeté d’acheter un terrain de sport.

1945 : le 8 mai, l'Allemagne capitule, commence le temps de la reconstruction.

1946 : juillet : adhésion au SIÉGE, syndicat intercommunal du gaz et de l’électricité de l’Eure. 

1948 : octobre : projet d’acheter à Mme veuve Monscavoir l’immeuble à l’angle de la rue du Guesdon et de la place à usage d’école (trois classes) et de logement pour l’instituteur.

1960 : octobre : création d’un service public d’enlèvement des ordures ménagères.

Adhésion au syndicat intercommunal du ramassage des élèves pour Vernon.

1964 : janvier : étude pour la création d’une agence postale. 

1965 : la rue aux Sauvages devient rue Alphonse-Georges-Poulain.

1966 : avis favorable pour l’implantation d’une raffinerie BP. Ce site devra malheureusement faire face à un premier choc pétrolier en 1973, puis à un second en 1979. La France compte alors un million de chômeurs, s'inflation s'élève à 14 % par an, en 1984, fermeture de la BP.

1968 : 793 habitants sont recensés.

1979 : décision d’un colis de Noël pour les plus de soixante-cinq ans.

1985 : installation du gaz par Gaz de France.

1986 : projet d’installation du CNPP sur l'ancien site de la BP.

1987 : pose de cadrans neufs d’horloge sur le clocher et de quatre minuteries pour les diverses sonneries des cloches, par l’entreprise Cornille de Villedieu-les-Poêles.

1990 : le recensement fait apparaître 939 habitants (465 hommes et 474 femmes), 6 exploitations agricoles et 10 % de résidences secondaires.

1991 : cinq vitraux de Tisserand sont ajoutés à l’église avec subvention des monuments historiques.

1999 : 1 060 habitants sont recensés.

 

21ème siècle

2009 : 1 000 habitants sont recensés, avec environ 420 maisons, dont 15 résidences secondaires.

Météo

Dimanche29Mars
semaine 13Gwladys
La Chapelle-Longueville
4°C
Nuit claire
4°C
7H
3.9°C
8H
3.6°C
9H
5.4°C
10H
7.1°C

Plan

Communes de La Chapelle-Longueville